top of page

Réévaluer son budget en résidence : de quoi faut-il tenir compte?

Quitter sa maison ou son appartement pour déménager dans une résidence pour personnes âgées ou retraitées nécessite inévitablement de remanier son budget. La région où l’on habite, le type de propriété d’où l’on arrive, les services de soins de santé souhaités et les activités offertes à la résidence ont tous une incidence sur nos postes budgétaires personnels, lesquels devront être adaptés pour bien refléter notre nouvelle réalité.


Quels sont les éléments dont il faut tenir compte lorsqu’on évalue son nouveau budget en tant que résident ou résidente d’une résidence privée pour aînés (RPA)? On en parle avec Lison Frigon, responsable du service à la clientèle au Marronnier.

Le prix du loyer en RPA : plusieurs services inclus


Le préjugé selon lequel habiter en résidence pour aînés est plus dispendieux que de demeurer à son domicile est tenace. Pourtant, plusieurs nuances s’imposent. « Tout dépend de l’endroit où demeurait la personne avant d’arriver en résidence », affirme Lison Frigon. « Était-elle propriétaire ou locataire? Habitait-elle une grande maison ou un condo? Déboursait-elle beaucoup d’argent pour des services de soutien? » Plusieurs facteurs sont donc à considérer avant d’affirmer que la colonne « dépenses » du budget s’allonge en faisant le saut vers une RPA.



Dépenses mensuelles


Plusieurs factures sont incluses dans le prix mensuel d’un loyer en résidence. L’électricité, le chauffage, la téléphonie et la câblodistribution sont généralement fournis avec le logement et doivent donc être retirés des postes budgétaires du nouveau budget. Dans le cas du Marronnier, Internet est également gratuit dans les espaces communs.


Contrairement à une maison ou un appartement dans un multilogement standard, une résidence pour aînés certifiée est dotée d’un vaste système de sécurité qui comprend obligatoirement des tirettes d'urgence dans chaque appartement. De plus, le contrôle des entrées 24 h sur 24 et les caméras de surveillance peuvent remplacer un système d’alarme si vous en aviez un à votre résidence principale, votre budget sera donc délesté de cette dépense.


Entretien


Il y a une différence notable en ce qui concerne l’entretien de son milieu de vie lorsqu’on habite en RPA. Si vous jouissez d’un grand terrain et d’un jardin bien garni à votre domicile, vous avez peut-être recours à une aide facturable pour tondre votre pelouse, s’occuper de votre aménagement paysager ou pelleter votre entrée l’hiver, et vous devez prévoir un coussin pour les imprévus, comme une toiture à changer, un dégât d’eau à éponger ou un revêtement endommagé. En déménageant en résidence, vous vous dégagez de ces responsabilités financières.

Un crédit d’impôt pour le maintien à domicile plus élevé


Le gouvernement du Québec offre un crédit d’impôt pour le maintien à domicile aux personnes âgées de plus de 70 ans résidant à domicile ou dans une résidence privée pour aînés. Selon la catégorie de certification de la RPA, le montant accordé est souvent important, puisque celle-ci inclut dans son loyer des soins applicables au crédit d’impôt, comme les soins infirmiers et personnels. Un crédit supplémentaire s’ajoute lorsque le résident ou la résidente profite de services annexés au bail comme une plan menu au restaurant ou l'entretien ménager auquel il ou elle a recours.

Ces mêmes services – soins personnels, soins de santé et service alimentaire – ne sont pas admissibles au crédit d’impôt lorsqu’une personne demeure à domicile, puisqu’ils sont habituellement offerts par le CLSC ou des organismes communautaires subventionnés à la source.


La différence est notable : un montant de 80 $ à 200 $ par mois peut s’ajouter au crédit d’impôt pour une personne demeurant en résidence. « Au Marronnier, on s’occupe de toutes les communications avec le gouvernement relativement au crédit d’impôt, ce qui fait qu’il est ajusté automatiquement et déduit directement du montant que vous recevez du gouvernement tous les mois. Vous n’avez aucun calcul à faire et n’avez pas à attendre la fin de l’année financière pour récupérer le montant », explique Mme Frigon.


Autres soutiens financiers gouvernementaux


Toute personne âgée de 65 ans ou plus résidant sur le territoire de la ville de Laval est admissible à une aide financière de la part de la municipalité. Que vous habitiez dans une maison, un condo, un appartement ou une RPA, vous pouvez vous en prévaloir. Le gouvernement du Québec offre également un crédit d’impôt pour soutien aux aînés aux gens âgés de 70 ans ou plus, montant qui est calculé en fonction de quelques critères, comme la situation conjugale et le revenu annuel.

Revoir le budget alloué au transport

La région où se trouve la résidence choisie ainsi que le nombre de logements vont influencer le budget alloué aux déplacements. Plus la résidence est grande de taille et localisée à proximité de vastes centres urbains, plus les commerces et les services sur place diminueront les besoins en transport des résidents. Leurs frais seront réduits par le fait même, qu’on se déplace en voiture ou en transport en commun.



Plusieurs commodités étant à portée de la main, l’utilisation de la voiture devient moins fréquente, ce qui a un impact important sur le budget. « Plusieurs de nos résidents décident de se départir de leur voiture », confirme la responsable du service à la clientèle. « Un autobus fait la navette gratuitement tous les jours entre le Marronnier et les épiceries et les centres commerciaux, et trois voitures Communauto sont à la disposition de nos résidents ».


Activités et vie sociale : plus d’options gratuites en RPA

Plusieurs activités sont offertes gratuitement sur place dans la majorité des résidences, telles que le bowling, la pétanque, les jeux de cartes (le bridge duplicata, le whist, etc.) et le golf virtuel au Marronnier. Résultat, les frais liés aux activités sociales et aux rencontres entre amis peuvent être révisés à la baisse lorsqu’on emménage dans une résidence pour personnes retraitées, puisqu’on n’a plus à s’inscrire à des groupes payants ou à se rendre à l’extérieur pour les pratiquer.


Même son de cloche pour ce qui est de l’activité physique et des sorties, que beaucoup de RPA offrent à leur clientèle. « Notre salle d’entraînement et notre piscine sont accessibles gratuitement. Certains cours payants sont offerts à tarif préférentiel par les professeurs et entraîneurs qui se déplacent. C’est le cas également de nos sorties en autobus, qui sont offertes aux résidents à un prix avantageux grâce aux rabais de groupes. C’est moins cher que de s’y rendre de façon autonome en voiture », explique Mme Frigon.


Les dimensions de son appartement : bien évaluer ses besoins


Des logements de plusieurs dimensions sont disponibles au Marronnier, du petit studio au spacieux 4 ½. « Si vous êtes une personne seule, évitez de louer un 4 ½ tout simplement pour avoir une chambre d’amis pour votre famille qui vient vous rendre visite à l’occasion », conseille Mme Frigon. « Ça revient beaucoup moins cher de payer une chambre d’hôtel quelques fois par année que d’ajouter une pièce supplémentaire à son appartement. »


Le Marronnier offrant une grande surface d’aires communes, les résidents et les résidentes peuvent profiter des espaces extérieurs, des salons et du restaurant pour recevoir leur visite confortablement, plutôt que de payer plus cher pour un appartement plus grand.

À ne pas oublier dans son budget


Quelques dépenses supplémentaires sont à prendre à considération lorsqu’on quitte sa demeure pour intégrer la vie en résidence.

Entreposage


Bien souvent, les gens partent d’un espace plus grand que leur nouvel appartement. S’ils possèdent des articles dont les dimensions ne conviennent pas à leur nouveau logement et dont ils ne souhaitent pas se départir, des frais d’entreposage peuvent s’ajouter au budget. L’achat de nouveaux meubles convenant au nouvel espace peut parfois aussi s’avérer nécessaire.

Augmentation du coût du loyer

À prévoir au budget : une possible augmentation du prix du loyer chaque année. Celle-ci est régie par les règles gouvernementales de la Régie du logement, au même titre que n’importe quel logement locatif. Par contre, lorsqu’un résident ou une résidente emménage dans une nouvelle construction, le montant de l’augmentation est fixé à la discrétion du propriétaire pour une période de cinq ans. Mieux vaut le savoir!


Bien s’entourer pour faire son budget


Pour éviter les oublis, notre personnel vous transmettra l’information relative à vos dépenses associées à la résidence ainsi qu’au crédit d’impôt qui vous est alloué. Une fois cette précieuse information en main, vous pouvez demander l’aide de votre comptable, de votre conseiller financier ou d’un membre de votre famille pour faire votre budget en bonne et due forme. Certains outils peuvent également vous aider à l’établir. Vous serez alors en mesure d’évaluer concrètement combien coûte la transition de votre domicile à votre nouveau chez vous en résidence.


Évidemment, les frais associés au logement, aux services et aux activités varient d’une résidence à une autre. Pour bien évaluer votre budget et trouver une résidence adaptée à vos besoins, prenez le temps de vous renseigner!


Vous pourriez aussi aimer :


Petit guide : pour un emménagement en résidence tout en douceur

Le bon moment pour déménager en résidence

Se préparer à la perte d’autonomie pour mieux la gérer


bottom of page